Pourquoi je ne boycotte pas Sézane, And Other Stories ou Uniqlo

3/98

Si vous suivez ce blog depuis longtemps, vous n’êtes pas sans savoir que j’achète de manière ponctuelle et raisonnée, des vêtements chez Sézane, And Other Stories ou encore Uniqlo. Des marques qui ne sont pas franchement connues pour leurs valeurs éthiques ni leur transparence.

Ces derniers temps, Sézane a vaguement tenté de répondre à la question de l’éthique avec des arguments un peu flous, pour en savoir plus je vous invite à lire cet excellent article rédigé par l’équipe de Slow we are qui a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Le fait est qu’avec une croissance aussi fulgurante, la marque Sézane fut contrainte d’augmenter rapidement ses volumes de production et de délocaliser une partie de cette production vers l’Inde ou la Chine. Les « fans » de la première heure (dont je fais partie) voient la qualité se dégrader au fur et à mesure tandis que les prix eux, ne cessent d’augmenter. Ces derniers temps, la marque fait de réels efforts en terme de communication sur la volonté d’être plus responsable, mais avec de nouvelles collections lancées à un rythme effréné et un matraquage publicitaire intense, on est en droit d’en douter. Une augmentation de la production, la délocalisation, la baisse de qualité… Voilà qui rappelle les pratiques peu responsables de la fast-fashion, au même titre que Uniqlo, And Other Stories, Claudie Pierlot et d’autre marques « milieu de gamme » dont je suis moi-même cliente !

Ces marques sont critiquables sur de nombreux aspects mais je n’appellerai jamais au boycott sur ce blog (ni ailleurs) pour plusieurs raisons que j’avais envie de développer ici.

Pourquoi est-ce que j’achète encore parfois chez Sézane, And Other Stories ou Uniqlo alors que je prône une mode durable et plus responsable ? Réponse ci-dessous en trois points qui vous aideront, je l’espère, à mieux comprendre ma démarche.

La liberté de ses convictions

Nous avons la chance de vivre dans un pays des Droits de l’homme et chacun est donc libre de ses choix et de ses convictions. Ce n’est pas à moi de vous dire ce que vous devez faire ou ne pas faire. J’ai créé ce blog pour partager l’expérience du Dressing Idéal avec vous mais certainement pas pour donner des leçons. Des conseils, oui, j’en distribue volontiers, mais sachez que dans la vie je pars du principe que nul ne sait tout et que nous avons tous beaucoup à apprendre. Je n’aime pas non plus l’extrémisme, les jugements à l’emporte-pièce ou l’agressivité. Je suis convaincue que c’est uniquement grâce à la pédagogie et à la bienveillance que l’on réussit à changer les choses et certainement pas avec des « il faut, il ne faut pas ». Informer et partager, oui, condamner, non.

Dans les tests produits que je propose comme celui du tee-shirt blanc ou de la chemise blanche, je m’efforce de vous donner le maximum d’informations dont je dispose afin de vous aider à faire VOTRE choix, en fonction de vos besoins, de vos attentes ou de votre budget. Ne proposer que des marques éthiques réduirait forcément le champs des possibles pour celles qui ont un petit budget et si je peux vous apporter mon aide, aussi petite soit-elle, j’aime autant que ce soit en vous dirigeant vers un article de qualité plutôt qu’un article dit « éthique » mais inabordable pour vous.

Il n’y a pas qu’une seule façon d’être éthique

Le « concept » de la mode éthique est encore un peu flou pour beaucoup d’entre-nous mais en réalité, il n’existe pas de définition précise. L’éthique d’un vêtement ou d’une marque s’évalue sous plusieurs aspects différents qui ne concernent pas que le pays de fabrication (on peut très bien fabriquer éthique en Chine ou en Inde). Cela concerne également les matières utilisées dans la confection (matières naturelles ou synthétiques, BIO, avec un label éco-responsable etc) l’aspect social et le respect des droits humains au travail ou encore l’impact environnemental (est-ce que des produits chimiques sont utilisés par ex ?). C’est donc tout un éco-système qui est à prendre en compte avant d’évaluer l’éthique d’une marque.

Si cette question vous intéresse, je vous recommande l’application GOOD ON YOU qui évalue l’éthique des marques avec un système de notation assez bien fichu. C’est une bonne base pour se repérer et glaner des infos sur nos marques préférées. Il existe également un site dédié, on peut y lire par exemple un article consacré à Uniqlo « How Ethical is Uniqlo ? » (à quel point Uniqlo est-il éthique ?) et qui lui attribue la note de 3/5. Ça pourrait être mieux mais ça pourrait aussi être pire.

Je le redis, mais acheter du Sézane ou du Uniqlo ne veut pas dire qu’on ne possède aucune conscience écologique. Ce qui est important, c’est de connaître l’histoire qu’il y a derrière chaque vêtement que l’on achète et de le faire en toute connaissance de cause. Les marques ont un devoir de transparence mais nous avons également un devoir de responsabilité en tant que consommateur.

On peut aussi acheter du Sézane ou du Uniqlo en seconde-main ou privilégier les basiques de ces marques comme la chemise blanche, le pull en cachemire uni etc… Un basique que vous garderez longtemps est un achat durable à mon sens, et donc responsable. Acheter moins de vêtements est aussi une manière d’être éthique !

Lorsqu’il m’arrive d’acheter des vêtements Sézane ou Uniqlo, j’évalue au cas par cas et je n’achète pas n’importe quoi, il y a toujours une démarche réfléchie. Pour commencer, je m’assure que mon coup de coeur en est vraiment un. Et oui, j’essaie d’acheter uniquement par besoin mais parfois j’ai aussi envie de me faire plaisir, j’ai aussi mes faiblesses. Dans ce cas, je vérifie systématiquement tous les détails disponibles sur les sites comme la composition ou le pays de fabrication. Sézane indique d’ailleurs clairement ces détails dans l’onglet « détails & compo » pour chaque article disponible en ligne. J’achète ainsi en pleine conscience et j’apprends de mes erreurs d’achats quand il y en a.

Relire mon article : 7 astuces pour un dressing plus éthique 

L’industrie de la mode est en train de changer

Vous sentez comme le monde est en train de changer ? A moins de vivre totalement reclus, c’est difficile ne pas remarquer l’éveil de nos consciences écologiques à tous. L’écologie n’est plus l’apanage des bobos ou des Verts et elle n’est plus vraiment une option. C’est devenu un évidence pour beaucoup d’entre-nous, en quelques années on a appris à trier nos déchets, à se servir de sacs réutilisables pour faire nos courses, à diminuer notre consommation d’eau et d’électricité. On a appris à mieux manger, à moins gaspiller. La mode était le dernier maillon de cette chaîne mais là aussi les mentalités changent et nous sommes dans un réel désir collectif d’acheter moins mais mieux. Alors, au fond, craquer pour une chemise Sézane ou vos basiques préférés chez Uniqlo de temps en temps, est-ce que c’est si grave ? Si ce sont des pièces qui durent et que vous porterez avec plaisir, alors allez y sans culpabiliser.

Des centaines de marques de petits créateurs éthiques ont vu le jour ces dernières années, les concept-stores de mode éthique en ligne poussent comme des champignons (Dressing Responsable, Klow ou Byoo Store pour ne citer qu’eux) et tout ces « petits nouveaux » aux valeurs greens contribuent à tirer tout le monde vers le haut, y compris les grandes marques qui n’ont pas d’autres choix que de s’améliorer si elles ne veulent pas rater le train en marche. Et ma nature optimiste me pousse à croire que d’ici quelques années on pourra peut-être acheter en totale confiance et transparence parmi ces grandes marques qui dominent encore aujourd’hui le marché de la mode.

Voilà, pour celles et ceux qui auront eu le courage me lire jusqu’ici, j’espère que vous comprendrez mieux ma position. Rien n’est jamais noir ou blanc et c’est aussi à nous d’être responsables et de fixer nos propres limites !

 

Vous aimerez aussi

La Newsletter du Dressing Idéal

Restons en contact !
Recevez mes articles et conseils directement dans votre boite email !

Je m'abonne ›

  1. Déc 7, 2018 9:42

    Merci Anne pour cet article qui apporte de la mesure dans un débat souvent agressif et, du coup, contre-productif, en particulier pour les bourses modestes qui n’ont pas les moyens de s’habiller en marques éthiques mais qui n’en sont pas moins concernées par la durabilité, l’écologie et les conditions de fabrication. Je trouve dommage que les questions d’éthique en mode aient été confisquées à un moment par des ayatollahs culpabilisants qui transformaient vite leur discours en mépris de classe envers ceux et celles qui n’achetaient pas éthique. Lire des propos comme les tiens et constater que le ton du débat est en train de changer fait plaisir.
    En Suède, où je vis, malgré l’omniprésence du groupe H&M, il y a de plus en plus d’offre éthique, notamment sur les jeans. Certes, les revenus en Suède sont relativement homogènes et élevés, et je vis à Göteborg, où la population est relativement moins fortunée qu’à Stockholm mais plus « éco-consciente » (les mauvaises langues diraient « bobo »), mais je vois se développer des solutions qui permettent de faire ce que l’on peut – jeans Nudie qui certes sont chers à l’achat, mais qui offrent des réparations gratuites à vie, possibilité d’acheter physiquement des jeans MUD (top) qui reprennent les jeans anciens et là aussi, réparations gratuites pour les faire durer, offre de seconde main, distribution physique de marques comme Armed Angels dans des boutiques « responsables », collants Swedish Stockings ‘green’ en vente au grand magasin (là aussi plus chers qu’H&M, mais pas plus chers que Wolford &co.), etc. C’est peu et oui, cela reste cher, mais pas plus cher que du milieu de gamme non éthique.
    Et au passage, je signale ce tout petit article paru dans le Guardian récemment, qui va dans ton sens :
    https://www.theguardian.com/fashion/shortcuts/2018/dec/03/worn-out-is-fast-fashion-more-sustainable-than-we-think

  2. Déc 7, 2018 10:45

    Bonjour Anne, merci pour cet article très intéressant. Je pense que tout est une question d’équilibre, on peut très bien combiner l’achat de pièces durables avec d’autres pièces moins « éthiques », mais qu’on peut aussi porter longtemps, revendre… Pour Sézane, par contre, je trouve dommage qu’ils n’ont pas su/pu adapter sa croissance à la vision de la marque. Personnellement je n’achète plus grande chose chez eux car je trouve les tissus de mauvaise qualité (hors les chemises) et les robes mal coupées. Mais de là à boycotter… Je préfère penser que comme toute marque à l’écoute de ses acheteuses, ils vont finir par faire des efforts aussi ! Après tout, en tant que consommateurs, on a aussi notre part de responsabilité pour faire changer la fabrication dans le monde de la mode, par notre manière d’acheter mais aussi par nos réflexions. Ce n’est pas quelque chose que concerne uniquement les marques (et c’est pour ça que j’aime beaucoup Le dressing idéal !)

  3. Déc 7, 2018 2:01

    Acheter moins mais mieux ca fait un moment que j’essaye, car je me suis rendu compte que bien que j’achetais pas cher, et bien faire le total des petits achats m’a fait réfléchir.
    En 2019, j’ai décidé de faire une liste avec des choses soit que je dois absolument racheter ou qui me manque vraiment et de m’y tenir le plus possible.
    Depuis que je vais sur Pinterest, je m’aperçois que les looks qui m’attirent le plus, sont justement minimaliste et donc ton blog va m’aider à faire mes choix.
    Chez Uniqloo, je n’achète plus que leurs pulls mérinos…

  4. Déc 7, 2018 5:27

    C’est intéressant d’avoir ton avis. La difficulté quand on parle de mode éthique mais aussi de marques non éthiques c’est de ne pas porter à confusion ses lecteurs. Je me permets de donner le lien vers l’enquête de Sloweare car le lien dans l’article n’est pas le bon : https://www.sloweare.com/sezane-sandro-les-marques-francaises-milieu-de-gamme-a-la-traine-sur-l-ethique/

  5. Déc 7, 2018 6:53

    Moi non plus je ne boycotte pas ces marques. Ma démarche éthique en matière de mode est d’ailleurs limitée (j’essaie juste de ne pas trop acheter, plutôt des vêtements que je trouve de qualité : coupe, confection et matière, la matière est loin d’être le seul critère), elle est beaucoup plus aiguisée dans l’alimentation, le choix de mon habitation ( près de mon travail, j’avais d’autres choix) pour limiter mes déplacements. L’article qui tourne sur les réseaux sociaux me laisse un goût désagréable, il me semble que c’est une attaque facile sans plus, notamment quand l’article parle des soldes chez Sezane…de ce que j’ai vu il n’y en a pas souvent (quelques archives parfois). Je n’ai pas vu Sezane produire pour les soldes. Les auteurs n’ont pas non plus, eu matériellement les moyens d’aller dans les usines où se fournissent les marques et de voir ce qui s’y passe . Je vais finir avec ma dernière expérience d’achat chez Sezane ( j’ai d’ailleurs envoyé un mail de satisfaction spontané). J’ai commandé un pull, il est arrivé dans une enveloppe kraft, donc recyclable et sans sur emballage. Le pull sentait bon, ce qui est loin d’être le cas dans de nombreuses marques, rapidement et il m’allait très bien. Super contente de mon achat ET j’ai eu les frais de port gratuits jusqu’à chez alors que le montant de ma commande était inférieur au montant défini par la marque pour avoir les frais gratuits.

  6. Déc 7, 2018 11:46

    Merci pour cet article très intéressant. Je partage tout à fait ton point de vue.
    Je crois que le premier geste éthique, c’est déjà d’arrêter la surconsommation en matière de mode.
    J’ai longtemps été une victime consentante de cette frénésie, mais depuis quelques mois, j’ai comme un dégoût de cette accumulation de fringues. J’ai essayé de vider mes armoires de tout ce que je ne mettais pas ou plus, et désormais mes achats sont limités et réfléchis, ce qui ne m’empêche pas d’acheter parfois de la fast fashion.

  7. Déc 8, 2018 9:19

    Je partage à 100% ce point de vue !👍😊 une @slowfashionnista bordelaise

  8. Déc 9, 2018 12:06

    Je trouve les pièces que proposent la marque Sézane vraiment belles ! Malheureusement, je n’ai pas encore le budget pour pouvoir m’acheter des vêtements chez eux, mais l’envie est bel et bien là ^^

  9. Déc 9, 2018 8:01

    Bonjour,
    Merci pour cet article très constructif ! Je suis moi même une fan de mode et de vêtements, mon dressing déborde, mais depuis quelques temps, je me pose beaucoup de questions et j’aimerais arriver à consommer de manière plus responsable . Côté cosmétique et hygiène de la maison, il y a du progrès, mais côté fringues, j’ai encore beaucoup de mal. Du coup je vais aller regarder un peu plus loin sur ton blog !

    Bises

  10. Déc 10, 2018 8:55

    Bonjour,je vous suis et depuis peu de temps,et j’apprécie également vos points de vue et votre style,simple,chic, et responsable!
    seulement,je ne reçois plus vos articles,pourtant j’ai fait enregistrer plusieurs fois mon adresse mail…

  11. Déc 13, 2018 1:20

    Merci pour cet article Anne ! Tout comme toi, je fais attention à la composition et au pays de fabrication, et je suis bien d’accord qu’avoir un dressing éthique, c’est aussi choisir des pièces que l’ont sait durer longtemps, ce qui je trouve est le cas des pulls et chemises Sezane que j’ai… alors qu’une chemise Zara ne me durait pas plus de 2 saisons souvent (usage très rapide du tissu…)

  12. Déc 15, 2018 3:36

    Pour ma part, je ne vois aucun argument valide pour ne pas boycotter ces marques. Acheter en seconde main, ok ça passe. Sinon, no way…Pourquoi ? Pour les mêmes raisons que tu évoques (éthique + écologie) mais aussi parce que j’ai vraiment l’impression d’être prise pour une imbécile embourbée dans cette société de consommation qui est prête à payer un haut 100€ alors qu’il en vaut 10, 15 fois moins (je donne un chiffre au harsard !) 🙂
    je préfère m’abstenir d’acheter, savoir me contrôler plutôt que de tomber dans l’illusion qu’il me faut telle ou telle pièce absolument et essayer de me dédouaner après coup de toute responsabilité…

    Je suis d’accord sur certains points mais cette phrase « on est libre de ses choix » est tellement bateau…mais à quel prix est-on libre de nos choix ? J’ai l’impression que l’on minimise les répercussions de nos choix. Personnellement, je m’en fous de passer pour une donneuse de leçon (je suis aussi intransigeante avec moi même) mais il faut parfois confronter les gens à la réalité plutôt que de faire des détours. Je suis moi même loin d’être parfaite mais il y a tellement d’alternatives pour les fringues que je ne vois pas pourquoi je craquerais pour une chemise Sézane sans culpabiliser ?!

    Belle journée 🙂

  13. Déc 16, 2018 10:01

    […] les gens ne fera pas aller les choses plus vite. Je vous conseil vivement d’aller lire cet article qui est très bien d’Anne. N’hésitez pas à partager dans les commentaires quelques […]

Votre commentaire...

Nom

Email