Mode éthique : pourquoi c’est difficile d’être une consommatrice irréprochable

10/156

Il y a quelques semaines, en préparant un article sur les meilleurs dépôts-vente de Paris (ne le cherchez pas, il n’est pas encore en ligne^^) j’ai eu un véritable coup de coeur pour une paire de baskets Isabel Marant chez J’y Troque. Manque de chance, ce n’était pas ma pointure et elles ne m’allaient pas. Trop petites pour moi. Dans un élan de désespoir, j’ai fait dix fois le tour de la boutique avec les baskets aux pieds, histoire d’être sûre qu’un miracle n’allait pas se produire et qu’elles n’allaient pas s’agrandir comme par enchantement. Evidemment, le miracle n’a pas eu lieu et j’ai du me résoudre à les laisser. Ces baskets n’étaient pas pour moi, voilà tout.

J’ai quitté la boutique avec un sentiment de frustration que je ressens rarement depuis que j’ai changé mon rapport à la mode et ma manière de consommer. J’achète très régulièrement en seconde-main, souvent en dépôt-vente d’ailleurs pour diverses raisons (j’aime essayer, toucher, discuter…) mais il est très rare que je sois frustrée quand une pièce ne me va pas. C’est le jeu de la seconde-main, on ne peut pas gagner à tous les coups. Et puis ce n’est pas comme si j’avais BESOIN de vêtements supplémentaires, le seconde-main est souvent une manière pour moi d’assouvir une envie de nouveautés en limitant au maximum mon impact écologique. Mais allez savoir pourquoi, laisser ces magnifiques baskets argentées derrière moi m’a fendu le coeur…

En rentrant chez moi, j’ai fait quelque chose de très inhabituel. J’ai ouvert mon ordinateur, j’ai tapé « baskets argentées isabel marant » sur google et j’ai croisé les doigts pour que ces baskets soient vendues en seconde-main quelque part… Mais là encore, pas de chance, personne ne semblait vouloir s’en séparer. Elles n’étaient à vendre ni sur Vestiaire Collective, VideDressing.com ou Vinted ! En revanche elles étaient à vendre sur le site YOOX, un géant de la vente en ligne connu pour ses ventes de fin de séries (mode et luxe). Rien de vraiment éthique donc, si ce n’est que cela permet de s’acheter de belles pièces de créateurs à moindre coût, à condition qu’il reste votre taille (c’est souvent là où le bât blesse). La suite, vous l’imaginez sans peine, les baskets étaient disponibles dans deux pointures… dont la mienne ! Evidemment, je les ai commandées… D’ailleurs, j’étais hyper pressée de les recevoir et j’ai fait comme les enfants le jour où le colis est arrivé : je les ai enfilées immédiatement pour ne plus les quitter sauf pour dormir^^.

Voilà, un petit aveu de faiblesse que je vous confie volontiers, parce que je pense qu’il faut en finir avec cette éternelle quête de perfection en matière d’éthique. Ça fait déjà deux ans que j’ai créé ce blog et quelques mois supplémentaires que j’ai radicalement changé ma manière de consommer la mode. J’ai réduit mon dressing de moitié, investi dans des basiques durables que je porte et reporte (vous les voyez systématiquement dans mes looks). Je me suis tournée vers des marques éthiques et transparentes, et enfin, j’ai ralenti mes achats neufs pour privilégier le seconde-main autant que possible. Mais tout cela me demande encore des efforts au quotidien. La mode éthique n’a rien de facile. Ce n’est pas facile de résister à l’envie de nouveauté et à la tentation de consommer, car cela fait 40 ans que le système nous pousse à acheter non-stop. Ce n’est pas facile de se renseigner par soi-même et de démêler les noeuds derrière la définition de l’éthique, quand on sait que les grandes marques font plutôt du greenwashing que des réelles actions concrètes Et pour finir, je crois que nous avons tous besoin de futilité dans nos vies et que renoncer au plaisir, c’est mourir un petit peu.

Les discours ambiants sur l’état de notre planète, le réchauffement climatique et la manière dont certains humains sont traités pour fabriquer nos vêtements sont absolument terrifiants. Ils le sont à juste titre. Il FAUT expliquer pourquoi nous devons à tout prix moins consommer, à quel point c’est important de changer notre mode de vie, par des actions concrètes. Mais le manque d’empathie général me gêne souvent… Il a été prouvé que ce n’est pas en répétant que la fin du monde approche que l’on va raviver l’espoir (ce serait justement l’inverse… à force de répéter que c’est foutu, on n’agit plus). Cet article publié en 2017 intitulé « la lassitude de l’apocalypse » par Usbek & Rica l’explique d’ailleurs très bien.

Je n’ai pas encore renoncé à cette idée de perfection dans ma garde-robe. Je n’ai pas choisi d’appeler mon blog « le dressing idéal » par hasard. Mais je crois qu’il me faut accepter l’idée que c’est un équilibre fragile et long à trouver. Que j’ai parfois mes faiblesses et que j’aurai toujours un petit quelque chose à me reprocher : une erreur d’achat, un achat « plaisir » plutôt que besoin… Est-ce si grave ? Je ne sais pas, je pense que nous devons êtres fière de chaque geste que nous faisons au quotidien, pour soi mais surtout pour les autres, pour nos enfants, pour l’avenir.

Mon look : je porte mon pantalon smart Uniqlo (similaire ici), une chemise Sézane Tomboy, des baskets Isabel Marant (achetées sur Yoox), un sac Chanel vintage // Une veste 17H10 Paris (vue ici)

La Newsletter du Dressing Idéal

Restons en contact !
Recevez mes articles et conseils directement dans votre boite email !

Je m'abonne ›

  1. Oct 6, 2019 5:45

    Si on doit s’autoflageller à chaque fois que l’on fait un petit faux pas, on a pas fini ! Je me
    dis toujours que le mieux est l’ennemi du bien et si c’est pour finir frustrée et aigrie ce n’est pas la peine ! Un petit plaisir une fois de temps en temps en conscience, c’est aussi ce qui permet de tenir dans le temps !!!

    • Oct 7, 2019 3:34

      @Aurelie

      Nous sommes bien d’accord Aurélie !

    • Oct 7, 2019 5:59

      @Aurelie

      Je crois que prendre conscience et oeuvrer pour faire au mieux eh bien c’est déjà beaucoup….personnellement j’ai mes basiques, et j’achète au maximum en seconde main, je donne beaucoup aussi, je me dis que si chaque personne faisait à l’identique ce serait déjà un grand pas.

  2. Oct 6, 2019 6:04

    Je suis entièrement d’accord, je fais aussi beaucoup d’efforts pour acheter éthique ou seconde main, j’ai également réduit mon dressing de moitié, mais il m’arrive parfois de craquer sur une pièce qui n’est ni de seconde main, ni éthique et je culpabilise à chaque fois ! Ton article me rassure car je me sens moins seule !
    En tout cas merci pour tes articles, je les attends toujours avec impatience car même si des fois certaines pièces ne sont pas à mon gout, tu m’inspires et me donnes beaucoup d’idées.
    Alors surtout merci de continuer !

    • Oct 6, 2019 9:05

      @Marielle

      Je découvre tes articles, j’aime beaucoup. Merci.

    • Oct 7, 2019 3:36

      @Marielle

      Et non tu n’es pas seule 🙂 S’habiller 100% éthique (ou seconde-main) est un gros challenge, certaines y arrivent très bien mais moi pas encore… Et je trouve qu’investir dans des bons basiques pas toujours éthique (j’achète régulièrement chez Uniqlo par ex) est un bon compromis… Mais on peut toujours s’améliorer, c’est sûr !

  3. Oct 6, 2019 6:15

    cet article fait grand bien !

  4. Oct 6, 2019 6:20

    Chaque saison j’achète une ou deux bricoles très à la mode pour booster mon dressing basique ,comme je sais que je ne vais les aimer que le temps d’une saison je les achète pas cher chez Zara ,je les revends sur vinted et je ne culpabilise pas car c’est ma soupape qui me permet d’être une bonne élève le reste de l’année,j’ai le même rapport avec la nourriture,je mange sain et équilibré la semaine et le week-end c’est apéro saucisson et gâteaux .

    • Oct 7, 2019 3:38

      @Vannina

      Ton commentaire m’a particulièrement interpellée car je l’ai trouvé très juste et honnête. J’aime cette idée que tout est question de mesure 🙂 Quand on aime la mode, c’est difficile de résister à l’envie de nouveautés donc ta façon de fonctionner me semble être un excellent compromis…

  5. Oct 6, 2019 6:48

    Merci de nous rappeler que l’humain est faible…que parfois on a le droit de craquer….

  6. Oct 7, 2019 10:50

    Merci pour ces mots ! Parfois je n’arrive pas à trouver des options éthiques ou seconde-main et je me tourne vers les magasins de fast fashion, et j’ai l’impression de céder par facilité, de ne pas assez faire d’efforts mais comme c’est justement dit on ne peut pas toujours faire parfaitement, et arriver à profiter de ces achats en les portant et en y faisant attention, c’est déjà un pas je trouve

    • Oct 7, 2019 3:40

      @Paquito

      On fait comme on peut, avec les moyens qu’on a… Ce n’est pas toujours simple, moi aussi il m’arrive de céder à la facilité, notamment pour mes enfants ! (quand j’ai besoin d’un jogging à la dernière minute pour le grand, c’est malheureusement chez H&M que je me rends car trop tard pour acheter sur Vinted).

      En tout cas, je suis d’accord avec toi : porter, reporter et aimer ses vêtements est déjà un pas !

  7. Oct 7, 2019 11:47

    Coucou! Merci pour ce bel article! Je fais attention également mais des fois je craque. Cependant je dirais que Yoox propose des fins de série, c’est-à-dire des produits dont les marques ne veulent plus. Elles vont donc probablement les jeter/les brûler. En les achetant, tu fais quand même, pour moi, un geste envers notre planète. Tu me pousses à faie mieux avec moins et je t’en remercie. Gros Bisous

  8. Oct 7, 2019 12:38

    Je suppose que culpabiliser quand on déroge à ses principes (acheter éthique, d’occasion, que quand on a BESOIN de quelque chose), c’est déjà un grand pas. Pour ma part, j’ai un budget serré, alors l’achat d’occasion me permet de ne pas atomiser mon compte en banque et de respecter mes convictions écolo. Malgré tout, pour certaines choses, acheter d’occasion reste compliqué : les chaussures par exemple, que je dois absolument essayer avant d’acheter (j’ai facilement mal aux pieds). J’habite dans un trou paumé, donc pas de friperies (à part un Emmaüs dans un état de saleté assez décourageant, et une autre friperie solidaire où je trouve rarement ma taille… car je fais un 44 en fringues et un 41 en chaussures, ce qui complique les choses !) et si je veux de l’occase, je passe souvent par vinted.
    Pour mes enfants, c’est pareil, j’achète parfois d’occasion, mais si je craque sur du neuf en promo, je ne me prends pas la tête.
    Là où je trouve que c’est plus compliqué, c’est pour les cadeaux. Autant je sais que je ne serais pas vexée de recevoir un cadeau acheté d’occasion, autant je sais que 90% de mes proches n’ont pas la même vision que moi…

    • Oct 7, 2019 4:51

      @sof

      Merci Sof, je partage ton commentaire à tous points de vue 🙂 Et comme toi, j’ai besoin d’essayer les chaussures avant d’acheter, le seconde-main m’est de toute façon fortement déconseillé suite à une grosse opération des pieds en mars dernier. Je te rejoins également sur la difficulté à trouver sa taille en friperie (même en faisant un 36, c’est toujours la loterie, à l’inverse je trouve souvent des vêtements qui me plaisent en 42 :D)

      Enfin, pour les cadeaux je suis (encore) d’accord avec toi… surtout quand les personnes ne sont pas spécialement proches ! Nous avons beaucoup de points communs en tout cas !

  9. Oct 7, 2019 1:42

    Bonjour Anne, culpabiliser car on a derogé à « notre règle » est une chose, mais les personnes qui nous font culpabiliser c’est encore une autre… quand j’annonce « faire des efforts » j’imagine qu’ils comprennent « je te critique car toi tu en fais pas! » et se défendent donc en critiquant avec des commentaires type « ah tu fais ton lait végétal toi même mais tu achètes sur Aliexpress? »🤦‍♀️

    Donc merci pour cet article qui nous rappelle que faire des efforts la majorité du temps est mieux que pas en faire du tout!J’avais beaucoup aimé ton article « Pourquoi je ne boycotte pas Sézane, And Other Stories ou Uniqlo » qui va dans ce sens là aussi 🙂

    • Oct 7, 2019 4:52

      @Maria des Apparences

      Ça c’est un grand classique ! Ce sont ceux qui en font le moins qui jugent le plus malheureusement… D’où l’importance de ne pas se laisser heurter par les critiques que tu entends. Garde confiance en toi et en chacun des gestes que tu fais au quotidien !

  10. Oct 7, 2019 2:49

    Si on voulait être 100% irréprochables on s’habillerait avec des feuilles d’arbres et même là, on abîmerait des arbres… Je dois acheter une ou deux fringues par an, souvent en seconde main, mais si un jour j’achète un vêtement neuf, j’arrêt l’auto-flagellation aussi, parce qu’au final, ça n’est pas très constructif de se culpabiliser si on fait déjà plein d’efforts au quotidien!

    • Oct 7, 2019 4:52

      @Justine

      Ça c’est bien vrai Justine !

  11. Oct 12, 2019 7:33

    Bonjour Anne,
    J’apprécie tes conseils et je les mets en pratique…
    Je suis très basique, classique, avec une pointe de fantaisie.
    J’ adore le noir, les tricots, les matières nobles.
    Tes courriels sont pour moi une source d’ inspiration.
    Merci 😊

Votre commentaire...

Nom

Email